Navigate
L’insécurité alimentaire est un sérieux problème non seulement en Ontario mais aussi partout au Canada. 
 
La campagne « La nourriture ne suffit pas à éliminer la faim » vise à sensibiliser et soutenir les politiques sur le revenu qui permettront à tous d’acheter suffisamment d’aliments pour se nourrir ainsi que leur famille. 
 

 

Qu’est-ce que l’insécurité alimentaire?

L’insécurité alimentaire c’est ne pas avoir suffisamment d’argent pour acheter de la nourriture. Les individus et les familles à faible revenu ont de la difficulté à payer le loyer, les autres besoins de base (tels que services publics, téléphone, garderie, vêtements, médicaments et transport) ET leur nourriture.

 

 

Qui vit dans l’insécurité alimentaire en Ontario?

 

 
1 ménage sur 8 en Ontario vit dans l’insécurité alimentaire 
 

 
1 enfant sur 6 en Ontario vit dans un ménage touché par l’insécurité alimentaire
 
 
  
 
64 % des ménages ontariens recevant de l’aide sociale souffrent d’insécurité alimentaire
 
 

 
 
60 % des ménages en situation d’insécurité alimentaire en Ontario ont un revenu d’emploi

 
 
Source : Tarasuk, V. A. Mitchell, N. Dachner, L’insécurité alimentaire des ménages au Canada, 2014. Toronto. Research to identify policy options to reduce food insecurity (PROOF). 2016. Consulté au https://proof.utoronto.ca/.
 

Pourquoi est-ce important?

L’insécurité alimentaire nuit gravement à la santé physique, mentale et sociale des gens. Les adultes dans un ménage touché par l’insécurité alimentaire sont plus susceptibles de souffrir de maladies chroniques comme le diabète, l’hypertension artérielle et l’anxiété, ainsi que de problèmes de santé mentale tels que les troubles de l’humeur et la dépression. Les enfants qui vivent une telle situation risquent davantage de souffrir de problèmes de santé mentale tels que l’hyperactivité et l’inattention. L’insécurité alimentaire pendant l’enfance a un impact grave et durable sur la santé mentale, entraînant un plus grand risque de dépression, d’anxiété sociale et de pensées suicidaires à l’adolescence et au début de l’âge adulte. 

L’insécurité alimentaire constitue un lourd fardeau en termes de coûts pour notre système de la santé. Les adultes qui la vivent ont des coûts de soins de santé beaucoup plus élevés que les adultes qui vivent la sécurité alimentaire.

 

La charité alimentaire ne suffit pas

Les organismes de charité liés au domaine alimentaire, telles les banques alimentaires et les soupes populaires, fournissent de la nourriture aux personnes qui n’ont pas les moyens de s’en procurer par elles-mêmes. Cependant, elles ne fournissent qu’un soulagement temporaire de la faim. Elles n’abordent pas la cause fondamentale de l’insécurité alimentaire – le manque d’argent pour acheter de la nourriture.  

Le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies déclare que tous les humains ont droit à une alimentation suffisante. Dans un pays riche comme le Canada, tout le monde devrait être en mesure d’acheter suffisamment de nourriture. Malgré des efforts de charité considérables, des millions de Canadiens demeurent dans l’insécurité alimentaire. Il faut plus que de la nourriture pour résoudre l’insécurité alimentaire. Des solutions basées sur le revenu sont nécessaires pour résoudre ce problème de santé publique urgent.
  

La solution : un revenu adéquat

La solution se trouve dans un revenu adéquat obtenu d’emplois offrant un salaire et des avantages sociaux décents, des taux d’assistance sociale qui reflètent le coût réel de la vie et un revenu de base garanti pour tous.
 
 
Un revenu adéquat présente les avantages suivants : 
  • Aborde la cause fondamentale de l’insécurité alimentaire – le manque d’argent
  • Donne aux individus et aux familles les moyens de choisir comment, quand, et quels aliments acheter
  • Protège la dignité
  • Favorise l’inclusion sociale 
 

L’effet d’un revenu adéquat sur l’insécurité alimentaire

Certains programmes de sécurité du revenu ont effectivement réussi à diminuer les taux d’insécurité alimentaire parmi certains groupes.

Les aînés canadiens connaissent des taux plus faibles d’insécurité alimentaire que d’autres grâce au Supplément de revenu garanti et à la pension de Sécurité de la vieillesse qu’ils reçoivent par le biais du système public de pensions du Canada. Accorder ce revenu garanti aux Canadiens en âge de travailler sous forme de revenu de base garanti pourrait constituer une stratégie efficace pour réduire l’insécurité alimentaire.

La Prestation ontarienne pour enfants (2009 - 2012) offrait du soutien financier aux parents pour les aider à subvenir aux besoins de leurs enfants. Ce programme a diminué l’insécurité alimentaire dans plusieurs ménages de la province, étant particulièrement utile aux ménages à faible revenu et aux familles monoparentales. 

Il est possible de diminuer l’insécurité alimentaire lorsque les politiques publiques améliorent les revenus des ménages vulnérables.

 

Un revenu de base pour tous les Canadiens est moins coûteux que la pauvreté

Selon des données de 2007, il est estimé que la pauvreté coûte au Canada jusqu’à 30,5 milliards de dollars en coûts publics, incluant le crime et les soins de santé, et jusqu’à 55,6 milliards de dollars en coûts privés, y compris la perte de productivité. Au total, le coût de la pauvreté au Canada est estimé à environ 86 milliards de dollars. 

En 2018, le Directeur parlementaire du budget a estimé qu’un revenu de base pour tous les Canadiens, établi selon le modèle ontarien du revenu de base, coûterait environ 76 milliards de dollars. Toutefois, lorsque les économies financières immédiates sont supprimées, tel le coût de l’assistance sociale et les remboursements de la TPS, le coût net serait de 44 milliards de dollars. Ce coût net est clairement inférieur au coût de la pauvreté au Canada.
 

Que faire?

Cliquez ici pour savoir ce que vous pouvez faire